Category BU news
 

Une planète géante survit à la mort de son étoile – L’histoire d’une orbite inhabituelle racontée dans la revue Nature

Le Pr Lorne Nelson de l’Université Bishop’s en collaboration avec des collègues du monde entier ont découvert la première planète en orbite autour du cœur épuisé d’une étoile morte. Leurs observations et analyses viennent d’être publiées dans la revue Nature, considérée comme la plus prestigieuse publication scientifique au monde.

Le Pr Nelson, du département de Physique et Astronomie, est parmi les auteurs d’un article décrivant la découverte d’une planète géante d’à peu près la taille de Jupiter, bien que probablement plusieurs fois plus massive, qui est en orbite très rapprochée avec son étoile, une naine blanche désignée WD 1856+534. Le système est situé à environ 80 années-lumière de la Terre dans la constellation du Dragon, et l’existence de la planète a été déduite grâce aux observations du satellite TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite) de la NASA et d’autres télescopes au cours de l’été et de l’automne 2019. La naine blanche est si petite qu’elle n’est pas beaucoup plus volumineuse que la Terre soit environ sept fois plus petite que la planète qui l’éclipse. Plus remarquablement encore, « l’année » de la planète géante – le temps qu’il lui faut pour compléter une orbite complète autour de cette étoile naine blanche – dure une peu moins d’une journée et demie (34 heures).

« Il s’agit d’une découverte vraiment remarquable puisque la planète géante que nous avons découverte a trouvé d’une manière ou d’une autre le moyen de survivre à la mort flamboyante de son étoile parente et a par la suite connu des interactions gravitationnelles avec d’autres planètes qui l’ont amenée en orbite très rapprochée avec le cœur dorénavant mort de l’étoile, » ce que les astronomes désignent sous le terme de naine blanche. « Ces observations pourraient nous aider à comprendre l’avenir de notre propre système solaire, » explique le Pr Nelson. « Nous savons qu’un jour alors que notre propre étoile parente (le Soleil) agonisera, elle prendra de l’expansion et deviendra une géante rouge absorbant probablement Mercure, Vénus, puis la Terre. Une des questions intrigantes est ce qu’il adviendra alors des géantes gazeuses telles que Jupiter et Saturne au terme de ce processus. La découverte de la planète WD 1856b, et, souhaitons-le, de plusieurs autres comparables, nous aideront grandement à résoudre cette question. »

La principale contribution du Pr Nelson à ces recherches est basée sur des calculs qui ont démontré que l’objet en orbite autour de la naine blanche était le plus probablement une planète géante et non pas un autre type de corps céleste tel qu’une étoile froide de faible masse (naine rouge) ni un objet encore plus petit et froid connu sous le nom de naine brune (les naines brunes représentent le « chaînon manquant » entre les étoiles et les planètes gazeuses géantes et ont une masse généralement comprise entre 14 et 75 fois celle de Jupiter). Cette contribution du Pr Nelson démontre une fois de plus le niveau d’excellence académique et l’engagement envers la recherche l’Université Bishop’s et de son Département de Physique et astronomie.

-30-

REQUÊTES MÉDIAS :
Olivier Bouffard
Directeur des communications
819 822-9600 poste 2840
olivier.bouffard@ubishops.ca

Daniel Fournier nommé 20e Chancelier de l’Université Bishop’s

Robert Hall, ’79, Président du Conseil des gouverneurs, a le plaisir d’annoncer que le Conseil a appuyé la nomination de Daniel Fournier en tant que Chancelier de l’Université Bishop’s à la suite de la recommandation unanime du Conseil de Bishop’s, et ce, pour un mandat de cinq ans à compter du 29 août 2020.

En acceptant cette nomination, M. Fournier a commenté: « Je crois fermement au modèle d’éducation libérale de Bishop’s qui permet aux étudiants de développer des aptitudes et des compétences qui résisteront au passage du temps. Je suis impatient de relever ce nouveau défi, et heureux d’être au service de l’Université Bishop’s et sa communauté. »

Au nom du Conseil des Gouverneurs, M. Hall a déclaré : « Nous sommes honorés de compter parmi nous comme Chancelier un membre si hautement qualifié et respecté de la communauté d’affaires québécoise et canadienne. »

Michael Goldbloom, C.M., Principal et vice-chancelier, a salué la nomination : « Daniel Fournier a déjà été impliqué auprès de Bishop’s à plusieurs titres en tant que parent de trois diplômés, en tant que membre fondateur du Conseil de Bishop’s et en tant que co-président de notre plus fructueuse collecte de fonds. Nous avons hâte de continuer à travailler avec lui au cours des prochaines années. »

Daniel Fournier a grandi à Montréal. Il a étudié l’histoire à l’Université Princeton et la jurisprudence à l’Université Oxford, en tant que boursier Rhodes. Il a mis de côté ses études pour un semestre pour jouer au sein des Rough Riders d’Ottawa de la Ligue canadienne de football.

Il cumule 40 années d’expérience dans le monde des affaires et de l’immobilier. De 2010 à 2019, il a été Président et Chef de la direction d’Ivanhoé Cambridge, une filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Avant de se joindre à Ivanhoé Cambridge, il était Président du Conseil d’administration de Genivar, aujourd’hui WSP Global, et membre du Conseil d’administration de Canadian Tire. Il a également siégé aux conseils de Summit International Income REIT et de Standard Life (Canada), qui fait aujourd’hui partie de Manuvie.

Au cours des dernières années, il a présidé les campagnes de levée de fonds de La Maison du Père, de Le Phare enfants et familles, et de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC). Jusqu’en février 2020, il était Président du Conseil d’administration de la Fondation du Musée McCord de Montréal.

M. Hall a exprimé ses sincères remerciements à Brian Levitt, O.C., qui a agi à titre de Chancelier depuis 2013. « La sagesse de Brian, son jugement et son expérience pratique ont été inestimables au cours de périodes qui ont présenté des défis particuliers pour Bishop’s. En tant que Président du Conseil, j’ai apprécié son habileté consistant à discerner l’essence d’un enjeu et de proposer une façon constructive de l’aborder. Nous sommes enchantés que Brian continue à siéger au sein du Conseil des gouverneurs. »

-30-

REQUÊTES MÉDIAS :
Olivier Bouffard
Directeur des communications
819 822-9600 poste 2840
olivier.bouffard@ubishops.ca

88e Congrès de l’Acfas en 2021 – La communauté de recherche invitée à proposer des colloques et des communications libres

Tel qu’annoncé le 20 avril dernier, le 88e Congrès annuel de l’Acfas, initialement prévu en 2020, se tiendra du 3 au 7 mai 2021 à l’Université de Sherbrooke et à l’Université Bishop’s.

La communauté de recherche est invitée à partager les résultats de ses plus récents travaux en soumettant des propositions de colloques thématiques ou de communications libres touchant tous les domaines scientifiques : sciences de la santé, sciences naturelles, mathématiques et génie, lettres, arts et sciences humaines, sciences sociales et éducation. Cet appel vise notamment à accueillir de nouvelles propositions d’activités scientifiques et à offrir une programmation enrichie, qui tiendra compte des avancées qui ont eu cours depuis l’invitation lancée à l’automne 2019. Signe d’une grande mobilisation universitaire, la plupart des personnes qui avaient déjà une activité scientifique au programme ont choisi de la reporter en 2021.

Sur le thème « Du jamais su », ce congrès, qui se déroulera durant cinq jours, offrira la chance inouïe à la communauté scientifique de prendre le pouls des percées majeures en recherche et de débattre des questions d’actualité. L’événement sera aussi l’occasion unique pour la relève scientifique de présenter ses travaux et de réseauter.

La période de crise que nous traversons nous le montre bien, la recherche est plus importante que jamais en ce qu’elle joue un rôle clé dans les prises de décisions qui affectent la collectivité. Nul doute que le prochain congrès constituera, entre autres, un moment de rencontre privilégié entre les acteurs de notre communauté pour réfléchir aux multiples conséquences de la pandémie actuelle et au statut de la recherche au 21e siècle.

Un congrès, deux volets scientifiques

D’ici le 12 octobre, les professeures et professeurs, chercheuses et chercheurs, étudiantes et étudiants des cycles supérieurs de même que le personnel professionnel de recherche sont invités à soumettre des propositions de colloques thématiques et de communications libres.

En plus de consolider les liens de collaboration et d’en établir de nouveaux, les colloques scientifiques constituent un cadre idéal de diffusion de résultats de recherche, de débats et d’échanges entre acteurs et décideurs du monde scientifique. Les communications libres, tant qu’à elles, permettent de présenter des résultats de recherche par l’entremise de présentations orales ou d’affiches.

À propos de l’Acfas

L’Acfas fait rayonner les savoirs comme moteur de développement de nos sociétés en rassemblant les actrices et acteurs de la recherche au sein de la francophonie. Résolument tournée vers l’avenir, elle est un puissant vecteur de démocratisation et de communication scientifique. Elle valorise les chercheuses et chercheurs de toutes les disciplines, ainsi que l’excellence en recherche.

À propos de l’Université de Sherbrooke

L’Université de Sherbrooke est au cœur d’un des trois pôles de recherche majeurs du Québec. Reconnue pour son sens de l’innovation, l’UdeS est un partenaire de premier plan des gouvernements supérieurs et régionaux pour favoriser le développement social, culturel et économique. Elle se démarque en outre par la forte croissance de ses activités de recherche au cours des dernières années, ses succès en transfert technologique ainsi que ses initiatives en matière d’entrepreneuriat et d’innovation ouverte en collaboration avec les milieux industriels et sociaux.

À propos de l’Université Bishop’s

Fondée en 1843, l’Université Bishop’s est située à Sherbrooke, au Québec, et offre principalement des programmes de premier cycle en arts, en sciences naturelles, humaines et sociales, en administration et en éducation. Sa taille modeste (2400 étudiants à temps plein) et son caractère résidentiel incitent ses étudiants à entretenir des relations étroites entre eux et avec leurs professeurs, ainsi qu’à vivre pleinement l’expérience de Bishop’s.

Informations complémentaires :

Soumission des propositions
Congrès de l’Acfas
La recherche à l’Université de Sherbrooke
La recherche à l’Université Bishop’s

– 30 –

Renseignements :

Gabriel Vignola, chargé de communication et gestionnaire de communauté
Acfas
514 849-0045, poste 261 | gabriel.vignola@acfas.ca

Isabelle Huard, conseillère en relations médias
Service des communications | Université de Sherbrooke
819 821-8000, poste 63395 | medias@USherbrooke.ca

Olivier Bouffard, directeur des communications
Université Bishop’s
819 822-9600, poste 2840 | olivier.bouffard@ubishops.ca

Yolande James présidera le Conseil de Bishop’s

L’ex-députée et ministre Yolande James a été élue Présidente du Conseil de Bishop’s.

Le Conseil de sept membres joue un rôle consultatif auprès du Conseil des gouverneurs de l’Université Bishop’s par le biais du Principal.

Yolande James est une avocate et commentatrice politique. Elle a été Ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles de 2007 à 2010 et Ministre de la Famille de 2010 à 2012.

« Je suis honorée d’accepter ce rôle, » a déclaré Mme James.

« Je ne suis pas une diplômée de Bishop’s, mais en apprenant à connaître l’Université, j’ai été très impressionnée par son modèle éducatif ainsi que l’expérience éducative au sens large qu’elle offre à ses étudiants. Mes collègues et moi-même sommes prêts à soutenir l’Université de quelque manière que ce soit. »

Les autres membres du Conseil de Bishop’s sont :

  • Michael Childs, Historien et ancien Vice-principal Académique,
  • Scott Griffin, O.C., ancien Chancelier et fondateur du Prix de poésie Griffin
  • Paige O’Beirne, Diplômée 2010, Directrice des partenariats pour la Fondation Gairdner
  • le Chef Richard O’Bomsawin, Chef du Conseil des Abénakis d’Odanak,
  • Junior Sirivar, Diplômé 1999, Partenaire chez McCarthy Tétrault, et
  • Heather Thomson, ancienne Aumônière de Bishop’s.

Il ne s’agit pas de la première collaboration entre Bishop’s et Mme James. En 2019, Mme James a présidé le Forum de Bishop’s, qui réunit les jeunes leaders de la communauté anglophone du Québec.

Elle présidera à nouveau le Forum, qui se tiendra de manière virtuelle du samedi 8 août au mardi 11 août prochain.

« Je crois que nous voulons tous faire une différence en tant que citoyens. L’institut de leadership du Forum de Bishop’s offre une occasion unique au Québécois anglophones de 18 à 26 ans de comprendre comment devenir des citoyens engagés, en côtoyant des leaders inspirants tels que l’ancien Premier ministre Jean Charest ainsi que le Ministre du Patrimoine canadien Steven Guilbeault, ainsi qu’à travers l’interaction avec leurs pairs de partout au Québec. J’ai été impressionnée par les jeunes gens que j’ai rencontrés l’an dernier et j’ai hâte de m’impliquer auprès des participants de cette années, » indique Mme James.

REQUÊTES MÉDIAS:
Olivier Bouffard
Directeur des communications
819 822-9600 poste 2840
olivier.bouffard@ubishops.ca

 

L’Université Bishop’s annonce la chercheuse 2020 du programme de chercheurs en résidence Jarislowsky pour faciliter les échanges nationaux sur la pédagogie en temps de pandémie

L’Université Bishop’s est fière d’annoncer la venue de la Pre Heather Smith en tant que chercheuse en résidence de la Chaire Stephen A. Jarislowsky.

Dr. Heather Smith and Dr. Jessica Riddell

Le programme de chercheurs en résidence Stephen A. Jarislowsky

Grâce à la générosité de la Fondation Jarislowsky, ce programme de chercheurs en résidence permet d’inviter annuellement un ou deux chercheurs de renommée internationale à l’Université Bishop’s pour travailler avec la Pre. Jessica Riddell, titulaire de la Chaire Stephen A. Jarislowsky pour l’excellence en enseignement au baccalauréat, ainsi que d’autres membres du corps professoral de l’Université, afin d’améliorer la qualité de l’enseignement prodigué non seulement à notre institution, mais également au niveau national et international. La ou les personnes invitées sont tenues d’organiser des ateliers, de collaborer avec divers intervenants, de bâtir des communautés d’apprentissages pratiques, de créer des ressources et d’agir à titre d’expert-conseil sur des projets-clés visant à bonifier l’excellence pédagogique des programmes universitaires de premier cycle qui, de facto, auront un impact significatif tant au niveau national qu’international.

Soutenir des initiatives d’apprentissage et d’enseignement avec la perspective de pédagogie en temps de pandémie

La  Pre Heather A. Smith enseigne au sein du programme d’études internationales à l’University of Northern British Columbia. Autrefois la directrice du UNBC Centre for Teaching, Learning and Technology, elle s’est vue attribuée le convoité Prix national 3M d’excellence en enseignement en 2006, le Canadian Political Science Excellence in Teaching Award en 2012, le BCcampus Scholarly Teaching Fellow en 2018, ainsi que deux prix d’excellence académique à l’UNBC. La Pre Smith est une chercheuse tant active dans son domaine que dans le développement d’une expertise en enseignement supérieur (mieux connue sous SoTL) grâce à ses nombreuses publications (articles, chapitres, monographie, etc.).

La Pre Jessica Riddell, titulaire de la Chaire Stephen A. Jarislowsky, explique la pertinence d’un tel programme dans l’avancement des meilleures pratiques en temps de pandémie: « Afin de favoriser les apprentissages et raffiner nos réflexions sur les études supérieures au 21e siècle, nous devons aller au-delà de nos institutions respectives et voir les défis qui se présentent à nous sous toutes les perspectives. Plus que jamais, nous devons tirer profit de nos réseaux tant à l’échelle nationale qu’internationale afin d’élargir nos horizons sur le futur des études supérieures. Je suis extrêmement emballée que nos collègues de la Maple League of Universities puisse bénéficier du programme de chercheurs en résidence; nous travaillons tous de pair afin d’imaginer les nouveaux rôles du modèle d’éducation libérale au 21e siècle en temps de pandémie. Nous avons développé une programmation accessible pour tous les membres du corps professoral au Canada qui ont développé, au fil du temps, une spécialité en enseignement personnalisé pour les étudiants du premier cycle. »

En tant que chercheuse invitée du programme Jarislowsky (15 mai 2020 au 1 avril 2021), la Pre Smith sera en charge des activités suivantes :

  • Maple League Hosts: Conversations Around Quality Undergraduate Education : une conversation mensuelle avec des panélistes/chercheurs canadiens et internationaux ;
  • Have Mind Resource Guide : un espace dynamique qui bourdonne de ressources et facilite la résolution des enjeux les plus problématiques ;
  • Better Together : Maple League Teaching Support : diffusée les mardis et jeudis durant la période estivale, la série virtuelle donne la possibilité aux professeurs, employés et étudiants des quatres universités de la Maple League d’échanger sur des sujets divers ;
  • Soutenir les communautés de pratique (avec des groupes de travail disciplinaires et thématiques) ;
  • Recherche et mobilisation des connaissances dédiées à la pédagogie en temps de pandémie.

David Hornsby, Vice-président associé du Service d’appui à l’enseignement et à l’apprentissage à l’Université Carleton, tarit d’éloges à l’égard de la Pre Smith:
« Heather Smith est une collaboratrice académique hors pair. Elle a le don d’instaurer des environnements de travail sous le signe de la créativité, de l’exploration, de la productivité, de passion, mais surtout, du plaisir. Les mots me manquent pour exprimer le privilège que j’ai de compter Heather parmi mes amis, tant au niveau professionnel que personnel. Quelle bonne nouvelle que cette collaboration entre Heather et la Maple League. »

Lauren Boultbee, diplômée de l’Université Bishop’s et chargée de recherche en communications et en avancement institutionnel pour la Maple League of Universities, témoigne de la pertinence d’une telle collaboration: « L’Université Bishop’s et la Maple League agissent à titre de catalyseurs d’idées et de conversations autour de l’excellence pédagogique pour les universitaires de premier cycle. En tant que jeune diplômée, je reconnais l’importance du travail exhaustif mené par la Pre Riddell et nos chercheurs invités dans la vie des étudiants et récents diplômés. Nous sommes extrêmement choyés de recevoir une personne passionnée comme laPre Smith, qui tient à cœur le développement des étudiants ainsi que la collaboration constante avec ces derniers. Son travail à Bishop’s aura certainement un impact majeur sur le succès et la résilience de nos étudiants. »

Pour en connaître davantage sur le programme de chercheurs en résidence Jarislowsky (lien en anglais): http://mapleleague.ca/faculty-and-staff/

À propos de la Chaire Stephen A. Jarislowsky pour l’excellence en enseignement au baccalauréat

Basé sur l’engagement de l’Université Bishop’s d’offrir une éducation universitaire de premier cycle exemplaire, la mission de la Chaire Stephen A. Jarislowsky est de renforcer l’excellence pédagogique avec des approches éducatives innovantes et des programmes qui inspirent la pensée critique, éthique et créative tant au sein des universités de la Maple League qu’auprès des universités canadiennes et mondiales.

À propos de la Maple League of Universities

Quatre universités canadiennes axées sur les arts libéraux (Acadia, Bishop’s, Mount Allison et St. Francis Xavier) ont fondé la Maple League afin d’offrir à leurs étudiants une expérience éducative plus riche et pertinente. Ces institutions de petite taille en milieu rural partagent un riche héritage francophone et la volonté et détermination de se réconcilier avec les peuples des Premières Nations, Inuits et Métis. En favorisant les échanges inter-institutions, nous créons des opportunités extraordinaires pour se transformer en tant que leaders et experts, mais également en tant qu’institution. La Maple League permet la création d’environnements distinctifs de savoir qui assure à nos diplômés la capacité de naviguer dans un monde complexe en tant que citoyens dédiés aux valeurs d’une société juste et civilisée.

mapleleague.ca

-30-

Pour plus d’informations:

Stéphanie Chicoine
Bureau des communications
Université Bishop’s
schicoin@ubishops.ca

Recherche sur la COVID-19 et la santé mentale chez les enfants – Des chercheuses de l’Université de Sherbrooke, du Centre de recherche du CHUS et de l’Université Bishop’s font équipe

La Pr. Chantal Camden de l’École de réadaptation de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke et chercheuse au Centre de recherche du CHUS, et la Pr. Catherine Malboeuf-Hurtubise, du Département de psychologie de l’Université Bishop’s, uniront leurs efforts pour établir une base scientifique visant à orienter les interventions en matière de santé mentale auprès des enfants dans le contexte de la COVID-19, grâce à des fonds de recherche du Gouvernement du Canada.

La Pr. Camden et la Pr. Malboeuf-Hurtubise se sont vu octroyer des fonds par les Instituts de Recherche en Santé du Canada (IRSC) dans le cadre de l’Initiative sur la santé mentale et la COVID-19, afin de consolider et de synthétiser les bases factuelles sur lesquelles s’appuient les efforts de santé publique pour répondre aux problématiques de santé mentale et d’abus de substances. Il existe en effet des lacunes au niveau des connaissances dans les circonstances actuelles que les deux spécialistes de l’enfance chercheront à combler en synthétisant les résultats disponibles à propos des effets de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale des enfants.

La Pr. Camden et la Pr. Malboeuf-Hurtubise seront à la tête d’une équipe multidisciplinaire et multi-institutionnelle à laquelle prendront part des chercheurs de l’Université McGill, de l’Université de Montréal et de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Les recherches porteront notamment sur les conséquences de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale d’enfants de cinq à 12 ans, avec une attention particulière portée à l’égard des enfants aux prises avec un handicap ou une maladie chronique, afin d’identifier les meilleurs axes d’intervention auprès d’eux. Les informations préliminaires disponibles suggèrent en effet que ces enfants sont plus à risque de souffrir du manque d’interactions sociales ainsi que des changements à leur routine imposés par le confinement dans le cadre de la COVID-19. Ces enfants deviennent ainsi plus enclins à souffrir d’anxiété ou d’autres troubles de santé mentale.

« L’impact de la pandémie de la COVID-19 sur le plan de la santé mentale des enfants est préoccupant. Dans l’optique où les jeunes et leur famille devront composer avec celle-ci pour les prochains mois ou années, il nous apparaissait crucial de documenter, de manière empirique, quels étaient les impacts de la COVID-19 sur la santé mentale des enfants. Ces connaissances nous permettront par la suite d’émettre des recommandations spécifiques et basées sur la science afin de diminuer les conséquences négatives de la crise actuelle sur la santé mentale de nos jeunes, » fait remarquer la Pr. Malboeuf-Hurtubise.

« Cette collaboration entre chercheurs d’institutions différentes, au sein du pôle universitaire qu’est Sherbrooke, mais également avec nos collègues de Montréal et de Trois-Rivières, permettra d’atteindre les objectifs souhaités au rythme d’une situation qui évolue rapidement, afin d’apporter rapidement, nous l’espérons, le soutien nécessaire à des personnes vulnérables au sein de notre société, » ajoute la Pr. Camden.

-30-

REQUÊTES MÉDIAS :

Olivier Bouffard
Directeur des communications
Université Bishop’s
olivier.bouffard@ubishops.ca

L’Académie d’apprentissage continu de l’Université Bishop’s prend la direction du programme Write Here Write Now – Nouveau nom et logo pour l’Académie d’apprentissage continu des aînés

L’Académie d’apprentissage continue de l’Université Bishop’s (Bishop’s University’s Lifelong Learning Academy – BULLA) a choisi de prendre les rênes de Write Here, Write Now (WHWN), qui était précédemment sous la gouverne de l’Association des Townshippers.

Ces deux dernières années, WHWN a proposé plusieurs activités afin de soutenir la communauté littéraire locale. Avec l’appui apprécié du Ministère du Patrimoine canadien, les ateliers de WHWN ont permis aux participants d’explorer de nouveaux sujets et techniques et de publier leurs oeuvres. L’Académie d’apprentissage continu des aînés de l’Université Bishop’s était alors un partenaire du projet, alors la transition actuelle se fonde sur un partenariat existant.

Les ateliers mensuels (sur quatre sites) étaient conçus tant pour les débutants que les auteurs aguerris et portaient tant sur la poésie que la prose, et en particulier sur les mémoires. Le projet permettait d’établir des liens entre les auteurs et les médias locaux, tels que le Townships Sun, le Québec Anglophone Heritage Network ainsi que CJMQ qui ont publié ou diffus. des œuvres.

L’été dernier, un livre électronique intitulé Our Stories 2.0 a mis de l’avant les histoires de ces résidents des Cantons-de-l’Est ainsi que des reproductions de leurs œuvres d’arts visuels. Plus tard cet été, une version papier du livre électronique sera disponible et comprendra également des œuvres inédites des étudiants de l’école primaire de North Hatley.

Parmi les techniques d’écriture abordées, notons des ateliers sur les “mémoires-éclairs,” l’intrigue, les lieux, le son et le rythme, la poésie concrète, ainsi que l’imagerie. Également au programme, l’apprentissage des thèmes gothique et humoristique. Un groupe se consacre uniquement aux mémoires. Chaque atelier permet aux participants d’écrire et lire son travail. Les ateliers sont conçus en fonction des intérêts des participants.

En juin, la nouvelle mouture du projet enverra un document par courriel pour déterminer quels nouveaux ateliers les gens souhaiteraient voir s’ajouter et quels ateliers déjà offerts souhaiteraient voir reconduits. Par la suite, un événement virtuel sera tenu.

Ann Louise George, une participante au groupe des mémoires témoigne de son expérience positive au sein du groupe: « Pourquoi est-ce que j’apprécie autant être membre du club d’écriture? D’abord pour la convivialité des rencontres avec d’autres qui aiment porter la plume au papier. Mais il y a aussi l’occasion unique d’avoir une fenêtre sur les pensées et l’âme des gens qui m’entourent, de comprendre qui ils sont, ce qu’ils sont et pourquoi ils sont ce qu’ils sont – c’est une grande émotion d’humanité partagée, le tout sous l’accompagnement habile de Melanie (Cutting). »

Rebecca Welton du groupe de Knowlton résume à merveille la réaction positive des participants : « Les ateliers Write Here, Write Now (WHWN) sont incroyablement inspirants; ils nous donnent les outils pour parfaire notre écriture; ils favorisent les échanges avec d’autres auteurs de la région; ils permettent de développer de nouveaux contacts et d’obtenir du soutien de gens aussi passionnés d’écriture les uns que les autres. »

-30-

INFORMATION MÉDIAS :
Olivier Bouffard
Directeur des communications
olivier.bouffard@ubishops.ca

Rôle-clé dans MINDS pour la Pr. Sarah-Myriam Martin-Brûlé – Lancement du Réseau d’analyse stratégique

La Pr. Sarah-Myriam Martin-Brûlé du Département de Sciences politiques et études internationales de l’Université Bishop’s joue un rôle important dans le lancement du Réseau d’analyse stratégique au sein du programme Mobilisation des idées Nouvelles en matière de défense et de sécurité (MINDS). Le Réseau étudiera l’évolution d’enjeux de défense et de sécurité afin de guider des décisions de politiques publiques cruciales.

La Pr. Martin-Brûlé dirigera un axe majeur du Réseau codirigé par Justin Massie (UQÀM) et Stéfanie von Hlatky (Université Queen’s) qui vient de se voir octroyer 750 000 $ et regroupe plus de 60 chercheurs, collaborateurs et partenaires.

La Pr. Martin-Brûlé dirigera la branche portant sur la Coopération multilatérale en matière de sécurité et le rôle des organisations internationales de l’initiative qui focalise sur les relations en matière de défense du Canada dans un contexte de compétition accrue entre les grandes puissances. Les deux autres axes de l’initiative à trois volets MINDS étudient l’évolution du rôle des grandes puissances alors que l’ordre mondial change ainsi que l’avenir du développement des capacités face à la nature changeante des conflits.

Le Réseau vise à mobiliser l’expertise de recherche innovante dans les deux langues officielles à travers le Canada, afin de générer de nouvelles idées, de partager les analyses stratégiques avec le Gouvernement du Canada, ses partenaires et le public afin de favoriser la prise de décisions éclairées en matière de politiques publiques, ainsi que de former et développer la prochaine génération d’experts en matière de défense et de sécurité.

-30-

REQUÊTES MÉDIAS :
Olivier Bouffard
Directeur des communications
819 822-9600 poste 2840
olivier.bouffard@ubishops.ca

L’Université Bishop’s offrira des bourses de la Fondation Pathy – En collaboration avec le Coady Institute de St. Francis Xavier

Les étudiants de l’Université Bishop’s auront bientôt l’occasion de poser leur candidature pour des bourses de la Fondation Pathy qui leur permettraient d’obtenir un appui financier pour mettre en œuvre leurs idées stimulantes dans une optique de développement durable visant les changements sociaux et de développement communautaire.

« Les bourses de la Fondation Pathy sont une occasion extraordinaire pour nos étudiants de prendre leurs idées pour venir en aide aux communautés au sein du Canada et à travers le monde et de les mettre en œuvre pour soutenir des développements positifs et durables, » explique le Pr. Michael Teed, de l’École de gestion Williams de l’Université Bishop’s qui sera le point de contact pour le programme de la Fondation Pathy à Bishop’s. « Les boursiers sélectionnés se voient offrir jusqu’à 40 000 $ qui peuvent consister en frais de subsistance, de déplacement, et de financement de projet. De plus, les boursiers retenus suivent une formation à l’Institut Coady de l’Université St. Francis Xavier avant et pendant leur projet. »

À travers ce nouveau partenariat, l’Université Bishop’s offre à ses étudiants une nouvelle occasion de faire une différence et venir en aide à leur communauté à mettre en œuvre des changements sociaux durables en postulant pour une bourse de la Fondation Pathy.

Par le biais de l’Institut Coady Institute, Bishop’s rejoint les universités St. Francis Xavier University, McGill, Queen’s et l’Université d’Ottawa en offrant aux étudiants en année terminale à temps plein au premier cycle ou aux cycles supérieurs l’occasion de postuler pour jusqu’à 40 000 $ en bourses pour appuyer leur projet sur une durée d’un an.

Les bourses de la Fondation Pathy représentent une occasion d’apprentissage expérientiel exceptionnelle qui permet aux étudints à leur dernière année de diplôme l’occasion de mettre à profit les liens tissés avec la communauté en vue de mettre en œuvre un développement communautaire positif et durable.

-30-

REQUÊTES MÉDIAS :
Olivier Bouffard
Directeur des communications
olivier.bouffard@ubishops.ca

La plate-forme eTick s’étend en Saskatchewan, Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve et Labrador – Une nouvelle application est disponible pour identifier les spécimens

La plate-forme eTick développée par la Pr. Jade Savage de l’Université Bishop’s offrira son expertise en identification d’espèces de tiques ainsi qu’à l’observation de leur distribution en temps réel à trois autres provinces, aidant ainsi à déterminer les membres du public à savoir si les tiques qu’ils trouvent sont susceptibles ou non de transmettre la maladie de Lyme.

Alors que le dégel printanier commence, les tiques redeviennent actives. En cette période de pandémie de COVID-19, les ressources des systèmes de santé publiques sont mobilisées. Bien que les recommandations de confinement et de distanciation sociale soient observées, plusieurs continuent à apprécier les balades en forêt, ou encore le jardinage dans leur cour arrière, où ils peuvent être exposés à des morsures de tiques, y compris par des espèces qui pourraient transmettre la bactérie responsable de maladie de Lyme.

Les résidents des provinces participantes peuvent utiliser la nouvelle application pour téléphone mobile eTick ou encore la plate-forme Web etick.ca lorsqu’ils découvrent des tiques sur des animaux, des humains ou dans leur habitat naturel et soumettre une photo à des fins d’identification par des experts, notamment pour apprendre s’il s’agit d’une espèce susceptible de transmettre la bactérie responsable de la maladie de Lyme ou non.

En plus d’apprendre quelles espèces de tiques ont été découvertes par les utilisateurs, les spécimens soumis sont cartographiés en temps réel afin de mieux délimiter les aires de distribution des diverses espèces de tiques dans les provinces participantes. Grâce à cette information, les résidents peuvent mieux connaître la prévalence des espèces de tiques dans des secteurs précis de ces provinces.

La plate-forme de science citoyenne de surveillance des tiques eTick créée par la Pr. Savage du Département de Biologie de l’Université Bishop’s s’étend dorénavant aux provinces de la Saskatchewan, Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve et Labrador, en plus du Québec, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick où elle était déjà implantée.

Une nouvelle application mobile a été développée pour faciliter et optimiser la soumission des tiques observées dans les provinces participantes. Elle est disponible pour téléchargement gratuit sous le nom eTick sur le App Store ainsi que Google Play.

Parmi les nouveaux collaborateurs en 2020, notons les partenaires académiques tels que les Pr. New Emily Jenkins et Maarten Voordouw de l’Université de Saskatchewan, les Pr. Kirk Hillier et Dave Shutler de l’Université Acadia (Nouvelle-Écosse), ainsi que le Pr. Joseph Bowden Professeur adjoint de la Forêt canadienne à l’Université Memorial (Terre-Neuve et Labrador), de même que des membres-clés du personnel du Département de santé publique de Terre-Neuve et Labrador, du Département de la Santé et du bien-être de la Nouvelle-Écosse, ainsi que du Ministère de la Santé de la Saskatchewan.

-30-

INFORMATIONS:
Olivier Bouffard
Directeur des communications
olivier.bouffard@ubishops.ca